Symbolisme

Vous êtes déja abonné LLM sur Spotify , Patreon ou donateur Tipeee ? Adressez-nous par courriel (contact@lalogemaconnique.fr) la copie de votre abonnement et votre mail ID d’accès au site LLM et nous vous débloquons gratuitement ici l’accès libre à tous nos contenus articles, podcasts et replay !


  • La Colonne d’Harmonie et la Musique en Loge
    Dans l’article paru il y a quelques temps intitulé « le Jazz et la Franc- Maçonnerie » nous avions pu alors comprendre ensemble la remarquable influence de la Franc- Maçonnerie sur la vie et l’œuvre des musiciens Maçons. Le sujet avait d’ailleurs été approfondi dans une autre planche consacrée au grand maçon Louis Armstrong. Essayons aujourd’hui d’explorer l’influence inverse, à savoir celle de la musique sur la Franc Maçonnerie, et plus particulièrement lors des travaux des frères en loge. Commençons par décrypter ce qu’est cette colonne d’harmonie. Nous avons tout d’abord le terme de Colonne, terme O ‘combien symbolique pour
  • Les premiers pas … 
    …du fantastique au réel.  Le franc-maçon se tenait devant le temple, prêt à entrer dans le sanctuaire de la connaissance. Il portait sur lui les symboles de son grade et de sa loge, qui lui rappelaient ses devoirs et ses engagements. Il savait que le temple était plus qu’un simple édifice, c’était une représentation du cosmos et de l’homme. Il franchit le seuil et fut accueilli par le fil à plomb, qui pendait du plafond. Il se souvint que le fil à plomb était la force de gravité, qui réglait l’ordre et l’équilibre de l’univers.  Il se rappela aussi que
  • La symbolique du miroir en franc-maçonnerie
    Introduction Dans la franc-maçonnerie, le miroir est considéré comme l’un des symboles les plus importants. Il est utilisé pour représenter différents aspects de la vie humaine et de la recherche de la vérité. Dans ce texte, nous allons explorer les trois symboliques du miroir en franc-maçonnerie ainsi que trois expériences personnelles qui s’appliquent à ces symboles. Dans la franc-maçonnerie, le miroir est souvent utilisé comme symbole de la réflexion. Il représente la capacité de l’être humain à se regarder et à réfléchir sur sa propre vie et ses actions. Cela implique une prise de conscience de soi et une compréhension
  • La mort et la Franc-maçonnerie
    La Franc-maçonnerie est une société où se célèbre la vie. Résolument optimistes, les maçons pensent que le monde dans lequel ils vivent peut et doit être amélioré. Un tel programme passe nécessairement par la construction de soi-même. Chemin de perfectionnement, d’acquisition des vertus, chemin aride qui est cependant plus facile au contact des frères. La fraternité vient adoucir les épreuves de la vie. Les agapes qui terminent une tenue constituent des moments privilégiés de détente où le vivre devient le bon-vivre, où l’on se laisse aller aux plaisirs de la conversation et de la plaisanterie. Mais la mort plane sur
  • Le tapis de loge
    Alors que je me penche aujourd’hui sur le tapis de loge, il convient d’abord d’introduire ma pensée en réfléchissant à la nature de ce qu’il est.  Le tapis de loge n’est pas une décoration, dans le sens premier du terme, c’est un outil, un instrument dans le développement spirituel du franc-maçon.  Il peut en effet sembler être une chose, un objet. Ainsi qu’une carte ou qu’un schéma, il serait ce qui indique la localisation d’éléments symboliques. Un tel tapis de loge rappellerait alors le plateau de jeu ou la marelle de l’enfant, et serait avant tout présent pour stimuler l’imagination.
  • Entretien avec Christian Doumergue
    La Loge Maçonnique : Bonjour Christian Doumergue. Vous êtes l’auteur de plusieurs ouvrages sur la Franc-Maçonnerie, les Templiers, le patrimoine légendaire, la fameuse affaire de Rennes-le-Château ou encore Lovecraft ! Vous êtes sur le point de publier aux éditions de l’Opportun un nouvel ouvrage intitulé La France Codée, de quoi s’agit-il ?Christian Doumergue : C’est une sorte de tour de France du « Mystère ». J’ai structuré le livre en 17 dossiers. Chacun traite d’un site qui présente une énigme, un message symbolique, qui n’a pas été entièrement déchiffré. Ces énigmes sont de natures diverses et de différentes périodes.La Loge Maçonnique : Pouvez-vous nous donner un exemple ?Christian
  • Les ordres d’architecture
    Les 5 ordres d’architecture régissant la Franc-Maçonnerie est un des sujets maçonniques majeurs du grade de compagnon dans sa symbolique : 5 ordres, comme 5 marches du temple de Salomon à gravir dans l’évolution du Compagnon en construction.  Nous le savons, nombre de symboles sont transmis à l’occasion du rituel de réception selon les  degrés, les ordres d’architectures en font partie et apparaissent aux Francs-Maçons lors du second voyage initiatique sur les cinq que compte le Rituel au deuxième degré. Ce voyage, que  le futur Compagnon effectue avec la règle et le levier, est notamment ponctué d’une lecture d’un cartouche
  • L’épi de blé
    L’Epi de blé, premier symbole  végétal figure sur le Tableau de Loge au  grade de Compagnon du Rite Ecossais Ancien et Accepté, mais pas sur celui du Rite français. Plutôt qu’à la  représentation graphique de l’Epi de blé, attachons nous ici à son origine, son lien  avec l’Homme, sa symbolique en Franc-Maçonnerie et son expression à travers la Loge.   Le blé est à l’origine même de l’agriculture et donc de la “culture”. Il reste, après des  millénaires, la première plante cultivée au monde, fournissant les denrées alimentaires les  plus demandées sur la planète. En complément de ses valeurs nutritives, des
  • L’Équerre
    En pensant l’équerre et son importance dans la franc-maçonnerie, il faut tout d’abord la différencier de l’instrument qui l’accompagne dans la symbolique maçonnique, c’est à dire le compas. Tous deux sont des instruments de traçé et de mesure. Mais si le compas permet de tracer le cercle et renvoie au domaine du spirituel, l’équerre, elle permet de tracer le carré et renvoie au domaine du matériel. Les positions respectives de l’équerre et du compas dans la symbolique franc-maçonnique: l’équerre qui surmonte le compas – pour l’apprenti, qui croise le compas – pour le maître et qui surmonte le compas –
  • V.I.T.R.I.O.L
    V.I.T.R.I.O.L. est l’acronyme latin pour « Visita Interiora Terrae Rectificando Invenies Occultum Lapidem, en français : « Visite l’intérieur de la terre et en rectifiant, tu trouveras la pierre cachée ». Cette formule est présente en lettres d’argent au sein du cabinet de réflexion. Le néophyte est confronté à cette formule mais n’en connait pas la signification. Sens LittéralTout d’abord le VITRIOL est avant tout une formule alchimique. L’alchimie n’est pas la chimie. L’alchimie est une pseudo-science dont le but est de transformer les métaux vils en or. Pour les alchimistes, le vitriol est aussi l’autre nom de l’acide sulfurique,
  • De midi à minuit
    Les Maçons ont coutume d’ouvrir leurs travaux à midi, l’heure à laquelle aucune obscurité ne subsiste  et travaillent de midi à minuit.  Débute alors le « temps maçonnique ». Le temps profane s’arrête, nos vies profanes restent à la porte  du Temple.   Pendant la durée des travaux, les apprentis quittent le temps chronologique pour atteindre un silence  intérieur, une orientation pour retrouver l’harmonie avec eux-mêmes et avec le monde.   Midi marque le passage du profane au sacré ; le temps profane s’arrête, laissant place au temps sacré,  dont l’intensité est plus importante que la durée.  Le travail maçonnique est placé
  • Le Silence
    Avant d’être initié, j’ai toujours entendu dans le monde profane que deux importantes règles existaient en Franc-Maçonnerie : le secret et le silence. Si j’ai tout de suite compris pour des raisons évidentes l’utilité du secret, la philosophie du silence m’a pendant longtemps laissé songeur. En effet, l’apprenti qui est là pour « apprendre » comme l’indique son grade se doit d’épouser la philosophie du silence. Mais ne serait-il pas en réalité une philosophie de l’écoute engendrant latransmission et le savoir ? Silence est synonyme d’écoute, d’apprentissage, de patience, de compréhension, de découverte… In fine, le silence est essentiel a
  • Le maillet & le Ciseau
    Commençons par une vision «profane» des éléments nous intéressant : au commencement imaginez une pierre multiforme, rayée, parfois usée, pouvant couper ou accrocher, in fine une pierre que nous pourrions qualifier de brute. L’humain va chercher à façonner cette pierre, à la polir, à l’améliorer : in fine pourrions nous dire à tailler cette pierre brute. À cet effet, nos civilisation inventèrent très tôt des outils, notamment le maillet et le ciseau.Cette forte symbolique est au cœur de l’initiation. En effet, le premier travail proposé à l’apprenti lors de son initiation sera de tailler la pierre par le maillet et
  • Le Grand Architecte de l’Univers & la Franc-Maçonnerie
    L’intitulé de ce texte peut surprendre car le G.A.D.L’U., dans l’esprit de tous est intimement lié à la culture maçonnique, y compris pour les profanes et les  francs-maçons qui ont cru devoir s’en affranchir. Pourtant si cette formule est utilisée aujourd’hui par les seuls francs-maçons, elle était bien plus répandue avant l’apparition de la franc-maçonnerie moderne. Un concept préexistant et extérieur à la franc-maçonnerie Philibert de l’Orme évoque en 1567: “Le Grand Architecte de l’Univers, Dieu tout puissant”. Synonyme de Dieu à la Renaissance, cette métaphore nous indique la manière dont les hommes du XVIème siècle concevaient Dieu et l’intelligence divine  à
  • Gants & tabliers (Au Rite Français)
    Éléments  indispensables, les seuls dans certains rites,  de la vêture du franc-maçon, gants et tablier sont les seuls symboles qui ne sont pas reproduits sur le tableau de loge. Ils ont aussi pour caractéristique commune d’être blancs. Constitutifs de la vêture ils sont la marque de la qualité maçonnique de celui  qui les porte. Tels, l’uniforme des militaires, les habits sacerdotaux des prêtres, ils symbolisent l’état du franc-maçon. Tels aussi les tenues spécifiques d’une profession (la toque du cuisinier, la blouse de l’infirmière …) qui sont certes devenus emblématiques de la profession ils sont initialement fonctionnels, pratiques, nécessaires à l’exécution du
  • L’apprentissage maçonnique
    Si l’on évoque souvent la singularité de la méthode maçonnique, supposée permettre aux francs-maçons de s’améliorer, d’être des hommes meilleurs, il semble cependant bien difficile de la définir, d’exposer ce qu’elle est exactement et pour dire les choses tout simplement d’expliquer « comment ça marche ». Je souhaite ici proposer quelques éléments de réponse en attirant l’attention de nos jeunes frères et peut-être celle des plus anciens sur certains points qui me paraissent importants, en particulier au Rite Français, volontiers elliptique, points importants mais souvent négligés et parfois méconnus. Certes, rien ou presque n’est insignifiant dans la disposition d’une loge maçonnique, dans
  • Réflexion sur Mitre d’Aix-en-Provence
    Mitre est né en Thessalonique (région du nord est de la Grèce) en 433, et mort à Aix en Provence en 466 (dans les circonstances que je vais énumérer un peu plus tard). L’âge de sa mort (33 ans) ne peux que nous rappeler l’âge de la mort de notre seigneur Jésus Christ : 33 ans lors de sa crucifixion (même si certains historiens avancent les âges de 30 et 37 ans). Notons par ailleurs, que le chiffre 33 n’est pas un chiffre anodin en maçonnerie puisque c’est le dernier degré à atteindre dans un certain nombre de rites. Jusqu’à ses
  • Réflexion d’un jeune apprenti sur le silence
    Voici ma réflexion de jeune apprenti sur la thématique du silence. Avant d’être initié, j’ai toujours entendu dans le monde profane que deux importantes règles existaient en Franc-Maçonnerie : le secret et le silence. Si j’ai tout de suite compris pour des raisons évidentes l’utilité du secret, la philosophie du silence m’a pendant longtemps laissé songeur. En effet, l’apprenti qui est là pour « apprendre » comme l’indique son grade se doit d’épouser la philosophie du silence. Mais ne serait-il pas en réalité une philosophie de l’écoute engendrant la transmission et le savoir ? Silence est synonyme d’écoute, d’apprentissage, de
  • L’hexagramme
    L’hexagramme qui est concrètement une étoile à six branches est l’un des symboles les plus anciens et les plus importants de l’humanité. Il se forme en imposant l’un à l’autre deux triangles équilatéraux, dont l’un a la position habituelle et l’autre est bouleversé. Le plus souvent, cette figure géométrique est associé au judaïsme avec « l’étoile de David » (connu initialement sous le nom de bouclier de David ou Sceau de Salomon). Cependant, cela ne date que du XVIII siècle. L’hexagramme est apparu bien avant l’avènement du Talmud mais aussi des maçons. Certaines reproductions datent de plusieurs siècles avant JC
  • LA PIERRE
    Il est dit dans certaines légendes grecques, que Prométhée usa de pierres pour créer l’homme, et que les pierres non utilisées gardèrent une odeur de peau humaine. Ainsi de nombreuses traditions célèbrent la proximité entre pierre et âme humaine. La pierre n’est pas le symbole de l’immobilité, elle est avant tout ce qui est tombé. Chue du ciel, elle joue un rôle essentiel dans le lien entre ciel et terre. Pour certains chamanes, elle sert de messager: elle est “pierre parlante”. La tradition poétique allemande évoque comment le Graal est formé à partir d’une pierre tombée du front de Lucifer.

Visits: 1574