ArticlesLes francs-maçons célèbres

(Walt?) Disney Masonic Club !

Le monde féérique de Disney suscite de nombreuses légendes ou mystères incluant la franc-maçonnerie ! Mais faisons le point sur le lien entre l’ordre multi-centenaire, le fondateur de la célèbre marque éponyme, le symbolisme dans les dessins animés et les secrets maçonniques que cacheraient les parcs d’attractions !

Le F. Walter ?

Walter Elias Disney, né en 1901 et décédé en 1966 a créé un empire connu de tous et sur tous les continents. C’est aujourd’hui l’un des patronymes les plus célèbres et probablement l’un des plus controversés.

Si Disney est associé à l’image de Mickey, de nombreux sites mentionnent l’appartenance du fondateur du fameux empire de l’Entertainment à une autre organisation tout aussi populaire : la franc-maçonnerie ! Alors même que la franc-maçonnerie américaine soit beaucoup plus ouverte au grand public et moins confidentielle que sa cousine d’Europe, aucun élément factuel n’a jamais été présenté par une lodge pour aller en ce sens. Et l’absence de preuve dans le contexte sociétal américain est un élément à prendre particulièrement en compte.

Alors que savons-nous qui indiquerait une appartenance de Walter Elias Disney à l’Ordre Royal ? Dans sa jeunesse, il fut membre de l’ordre paramaçonnique Demolay International qui s’occupe de jeunes de 12 à 21 ans de parents francs-maçons ou non. Cette Masonic Bodies pratique une initiation et un rituel. L’ensemble des Chapitres de l’ordre sont en outre parrainés par … une loge maçonnique ! Enfin la structuration pyramidale de l’Ordre de Molay est très similaire à celle de son “grand frère”. Disney y passa une partie de son enfance, il y évolua jusqu’à obtenir la légion d’honneur de l’organisation ainsi que l’entrée dans son Hall of fame. Sans nul doute cette partie de sa vie révélera une importance pour lui car il décrira plus tard sa création la plus célèbre : Mickey, comme faisant elle aussi partie des Demolay !

Son frère, Roy Disney, également co-fondateur et Vice-président de l’empire éponyme,  fut initié au sein de la Grande Loge de Californie et en fut membre actif durant de très nombreuses années. Ainsi donc, il n’est pas impossible d’imaginer qu’alors souvent associé sur internet à un 33ème degré obtenu, cela serait en fait de Roy et non pas de Walt qu’il serait finalement question.

Le mystère restant, ouvrons la question de la symbolique maçonnique dans l’œuvre de Disney

La plus visible serait certainement la question des gants blancs de Mickey, Picsou et d’un grand nombre d’autres personnages animés qui furent rajoutés post création et dont la légende veut qu’ils seraient une forme de remerciement de Disney à l’ordre séculaire qui l’aurait aidé financièrement à éviter la faillite dans les premières années de son activité.

Moins caché, Disney va dans de courts dessins animés enseigner de manière pédagogique certains mystères et symboles occultes, comme par exemple dans Donald au pays des mathématiques, grâce auxquels pentagrammes et nombre d’or n’ont plus de secrets pour nos chères têtes blondes !

Idem pour les grands classiques de Disney, il est possible de voir White snow, Alice in Wonderland, Peter Pan et plus encore The Jungle Book (du frère Kipling) comme des œuvres initiatiques aux multiples interprétations maçonniques. De la même manière, l’importance jouée par la franc-maçonnerie dans la vie de certains dessinateurs de la maison Disney et dont Walt était proche, ne peut forcément qu’ajouter une part d’ombre au mystère. Plus récemment, et bien que postérieur au décès de son fondateur, ce chemin introspectif obligatoire du futur héros se retrouve dans les films du Studio Disney et notamment les Star Wars (suite au rachat de la marque) et aussi dans le film National Treasure.

Disney “masonic” land !

Qu’il fût initié ou non, les valeurs (logiquement) communes à la maçonnerie enseignées durant ces années au sein des DeMolay se retrouvent dans l’œuvre de Disney mais aussi dans ses parcs, d’autant plus que Walt Disney a financé beaucoup d’activités variées extra-professionnelles pour ses salariés et notamment un Disney Masonic Club pour ses employés (frères?) initiés !

Mais revenons à la symbolique maçonnique dans les attractions, A small world, première attraction des theme parks en est le parfait exemple, la chanson entonnée tout au long du voyage ne laisse que peu de place au doute quant aux valeurs véhiculées “Du soleil de midi au soleil de minuit ; On a tous la même vie ” , “Ce monde est finalement, si frêle ; Et dans ce monde, nous voulons être des frères” , “Il y a juste une lune et un soleil d’or ; Et un seul sourire signifie l’amitié pour tous ; Bien que les montagnes nous séparent, et que les océans soient vastes ; C’est un petit monde malgré tout”.

Les autres sections du parc, on peut observer, sur l’une des boîtes en bois d’un décor, l’inscription “H. Abiff’s Working Tools” ! Enfin et c’est plus curieux, les parcs Disney comptent un mystérieux “Club 33” , espace privé pour personnes fortunées ou célèbres dont le montant à débourser pour y accéder est fixé par une cotisation annuelle plus un “initiatic fee” !

En conclusion, s’il est évident que Walt Disney a une solide connaissance de la franc-maçonnerie et de son fonctionnement par son éducation et son entourage, rien n’affirme son initiation ! L’aspect troublant des clins d’œil à l’ordre dans son œuvre est alors à la libre interprétation de chacun exactement comme l’est la question de l’appartenance de Jules Verne.

Views: 1253

Alexis AT

Français expatrié à Moscou *** Grand Inspecteur National en charge du développement Europe de l'Est @ GLTF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *