ArticlesÉsotérisme & alchimie

Par ici, par Isis, Paris

Dans nos amusements incomplets une chose est certaine, c’est que rien n’est certain. Ce que nous savons c’est que nous ne faisons qu’entrevoir la réalité. Car la réalité est cachée sous des voiles. Sous des allégories que nous pensons devoir liées entre elles avec patience, intellect, et surtout sensibilité. C’est ce que nous supposons en tout cas depuis que nous avons commencer l’écriture de nos épisodes. Les voiles de la réalité doivent être notre but et notre moyen. Ils doivent nous pousser avec le vent, afin d’accomplir un voyage au delà des premières observations de la surface. Nous partons du postulat que la réflexion rationnelle ne pourrait seule percer les mystères. L’émotion, l’intuition, la sensibilité, la liberté d’association, sont des dimensions supplémentaires nécessaires à l’appréhension de la vérité. Si l’intelligence ne peut se développer sans émotion, c’est qu’il y a une raison. Une raison à l’utilisation de la sensibilité. L’imagination Vera, utilisée par les alchimistes, nous aide à utiliser les associations en toute liberté, ajouter de l’intuition afin de rendre Vrai. L’imaginaire au service de la découverte du Réel.

Alors continuons dans la réalité. N’oublions pas que nous n’inventons rien de toute pièce. Nous ne faisons que découvrir ce qui est déjà en potentiel pour le rendre concret. La Vérité existe en potentiel. Nos recherches aider de notre flaire et la sensibilité, en décèlent les signaux faibles pour tenter de recomposer une trace. Voir ce qu’il y’a après l‘explosion de la roche par la dynamite ou l’analyse au scanner. Et recomposer les morceaux pour en faire affilier la REA-LITE. RÉA= le vrai, et LITE= la pierre. RÉALITÉ est la VRAIE PIERRE.

Lumière et ombre sont les deux éternelles voix(e) du monde », a dit Zarathoustra

Avec l’œil je vois enfin, mais au juste, je vois quelle voi(e) ? Ou peut être La voi(x) ? Bref La parole perdue à retrouver avec un œil !? Tiens donc… Qu’est que c’est que cette histoire … ?

Avec un œil sur un tablier, symbole du travail dans certaines traditions, je vais encore effectuer des efforts pour voir. Mais parce que je vois avec l’œil, je dois aussi trouver la voie, ou plutôt, entendre la voix.

En effet, comment pourrais je trouver une parole perdue par la vue alors que cette parole attrait à l’ouïe ?

L’œil ne serait il pas en fait une oreille ? Le signe d’Horus dans la légende d’Isis en est la trouble et ambiguë représentation ? Il ressemble à une oreille. Tiens. l’œil ressemble à une oreille.

Ainsi l’œil est peut être trompeur. Pas d’idoles m’a t’on dit…ne pas se fier aux apparences. Alors je ne me fie toujours pas aux apparences. L’œil devient ainsi oreille. Comme si la lumière s’écoutait aussi, se ressentait plutôt que ne s’apercevait. L’œil, est le premier touché par la lumière, il en est donc le premier annonciateur… le coq de la connaissance. Toujours l’ouïe plutôt que la vue.

Mon tablier mis à la verticale, à un certain degré, fixe l’œil. Nous sommes au Gnomon. Et que se passe t il a la verticale d’un objet éclairé ? Comme par magie, il n’y a pas d’ombre. Cet objet n’a pas d’ombres. (Conf: compas-gnomon).

Ainsi je positionne l’œil à la verticale, avec mon tablier, mon travail se fait sans ombres, pour mieux pénétrer les choses. L’ombre n’existe que par la lumière. Sans lumière, il n’y a pas d’ombre ; sauf si l’objet est transparent ou si la source de lumière est totalement à sa verticale… toute une symbolique ! C’est bien cela ! J’entends la voix avec l’œil ? Suis-je sur la Voie ?

Décidément les voiles d’ISIS sont bien retords à découvrir. Par ISIS nous devons passer. Les yeux mais aussi avec les Oreilles, il nous faut découvrir. Les oiseaux et leur langage peut-être aussi, nous aiderons. Les lettres seraient des SONS alors profitions en. ISIS est aussi un oiseau, un Milan. De Milan à Paris, il n’y a que quelques pas.

Alors passons PAR ISIS. PAR ISIS. PARIS.

PAR en égyptien signifie Barque. Ainsi PARIS c’est PAR ISIS. La barque d’ISIS. La barque qui rassemble les morceaux de l’âme peut-être, des morceaux d’Osiris surtout. Osiris signifiant l’éloigné ou l’épars… Ce sens de Paris, « barque d’Isis » qui nous apparaît en faisant preuve d’imagination, d’écoutes et de lectures, nous invite à « rassembler ». Ce sens, est renforcé par le surnom de Paris: « PAN-AME ». Le rassemblement de l’âme ou des âmes. Ainsi il nous faudra passer PARIS, pour retrouver notre Osiris, ou bien encore, ce qui est « éloigné » ou « épars ». Les 14 morceaux dispersés d’Osiris, qui représenteraient peut être les 14 jours de Lune descendante, le travail d’Isis, constituant la recomposition des 14 morceaux, ce qui pourrait correspondre aux 14 jours de la phase ascendante jusqu’à réapparition de la pleine Lune, symbolisée par l’œil d’Oudjat. L’œil d’oudjat ? tiens encore un clin d’œil… l’oeil qui voit l’invisible… Ainsi la Lune, intuitive, réfléchissante du Soleil, reine du sensible, intime que note quête passera aussi par l’intuition ajoutée. Par Isis, nous devons passer pour « rassembler » quelque chose. Voyager, découvrir, entendre, composer, recomposer, tel est le mythe d’Isis pour retrouver ce qui est éloigné et épars, et concrétiser peut être ce qui existe potentiellement. L’âme agit n’est il pas ?

Suite au prochain voyage.

vous aimez LLM.fr , nos articles et nos podcasts ?! Soutenez nous ! 
Offrez-nous un café ou soutenez le développement de notre site et de nos besoins en stockage de contenu en ligne (serveurs etc…) en faisant un don sur https://fr.tipeee.com/lalogemaconnique et recevez 10% de réduction pour vos achats maçonniques sur le site de notre partenaire Nos-colonnes.com !

Views: 211

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *