ArticlesÉsotérisme & alchimie

La lumière et les voiles

(Les amusements incomplets de l’imaginatio vera)

Chers amis lecteurs, la saint jean d’été est par essence la fête de la lumière visible à son apogée. C’est ce que l’on croit en tout cas, et si et seulement si, l’on ne regarde que la lumière du soleil. Mais regardons la lumière autrement. Avec un gnomon surtout. Car cet instrument faisant barrière à la lumière indique qu’il y a des ombres.

Du 21 décembre au 21 juin il y a 7 fois 21

Allez amusons-nous comme à notre habitude et tentons de démontrer.

La matière, c’est l’ombre de la lumière. Car elle se projette sur le sol. N’oublions pas grâce à un gnomon. On la matérialise. Grâce à une équerre donc. Un angle droit. 90 degrés. Et Il y a 7 ombres selon la tradition. Chaque chose est donc composée de 7 ombres. Qu’il est nécessaire de déconstruire. Pour cela nos devons effectuer 21 opérations. 21 décembre, 21 janvier, 21 février, 21 mars, 21 avril, 21 mai…21 juin. Il y a bien 7 fois 21.
Par exemple. En tant que matière prenons le plomb.

Si je prends du plomb, il contiendrait naturellement 7 ombres, ou 7 matières, ou…7 voiles, à enlever. Si je retire à ce plomb une première matière ou un premier voile, une première ombre, il me restera alors de l’étain. Et que je retire encore une ombre supplémentaire, cela donnera du fer.

Au fur et à mesure des ombres enlevées, et au bout de 6, j’obtiens …la lumière. Symbolisée par le 21 juin.

Ainsi du 21 décembre au 21 juin, les 7 phases, en passant par 21 opérations, je transmute la matière en lumière. Je passe des ombres à la lumière. Je dégage la lumière de la matière. Et Vous allez, à partir de sept-ombres, continuer vos travaux. Vous déconstruirez l’ombre. Ainsi, avec force et vigueur, vos devoirs vous conduiront, espérons le, et grâce à l’assiduité de toutes et tous, chacune et chacun, à lever les voiles successifs à travers les sujets divers de vos réflexions. Vous ferez de votre travail commun, et sans relâche, une découverte du dedans et du dehors. Car seul on va vite, ensemble on va plus loin. Alors c’est avec joie et une certaine impatience que vous aurez le plaisir de vous retrouver en ce mois de Septembre, le mois de Sept-Ombres, afin de fêter fraternellement la quête de la connaissance sans limite. Car pour trouver le grand œuvre, il faut retrouver son âme d’enfant : s’émerveiller. En rendant l’imaginaire concret. Alors vous essaierez de nous émerveiller et vous explorerez dans de multiples directions …avec esprit d’aventure, mais sans « aventurisme »…

Vous aurez besoin de vous tous. De votre chaleur, de votre fraternité, et de votre joie à partager et à comprendre. Et surtout de votre beau travail personnel.

Alors bonne Fête de la lumière, pour cette fin juin, et que vos travaux en sept-ombres, puissent poursuivre leur œuvre vers la lumière.

Visits: 184

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *