LivresLivres sociétaux & philosophiques

Dieu, les religions et les francs-maçons

Auteur : Emmanuel PIERRAT

L’histoire des longues et ambivalentes relations de la franc-maçonnerie et des institutions religieuses, racontée par Emmanuel Pierrat.

Dès la constitution de la franc-maçonnerie, la place de Dieu a été au coeur de toutes les
préoccupations. En seulement quelques mois d’existence, l’Art royal a dérangé les institutions,
notamment religieuses. En conflit sur de nombreux sujets polémiques – et plus particulièrement
sur les avancées sociétales depuis le XVIIIe siècle –, francs-maçons et religions n’ont eu de cesse de croiser le fer : crémation, divorce, enseignement laïc, contraception, IVG, homosexualité, euthanasie… Les combats changent mais les adversaires restent les mêmes.
Créées à une époque où les Rois règnent par la Grâce de Dieu et où le souverain pontife exerce
un pouvoir spirituel et temporel, ces curieuses Loges qui prétendent détenir un secret doivent
être mises au pas. Ainsi commence le long et ambivalent rapport entre deux institutions qui
veulent, l’une comme l’autre, répondre au désir de transcendance et porter des valeurs dans la société humaine.
Dans cet ouvrage, Emmanuel Pierrat explore les méandres des relations entre ces deux
institutions, depuis la genèse de la francmaçonnerie jusqu’au XXIe siècle, en passant par le
souffle de la Révolution française, la République maçonnique de la fin du XIXe siècle et les années noires de l’antimaçonnisme de 1924 à l’après-guerre.

L’auteur,

Emmanuel Pierrat est avocat au Barreau de Paris, ancien membre du Conseil National des Barreaux et ancien membre du Conseil de l’Ordre, ainsi qu’écrivain. Il a fondé le Cabinet d’avocats Pierrat & Associés, en 2003, composé d’une dizaine d’avocats.

Il est Président du Comité des Écrivains pour la paix du PEN International, Secrétaire Général du Musée Yves Saint Laurent Paris. Il est ancien Président du PEN Club français et a été Conservateur du Musée du Barreau de Paris pendant huit ans. Ill est membre du Comité directeur de l’Union internationale des avocats (UIA) et administrateur de l’AFPIDA, section française de l’Association littéraire et artistique internationale (ALAI), ainsi que membre actif de l’Institut Art et Droit et de la société Les Amis du quai Branly, où il a créé le Cercle pour la photographie.

Il est membre du Comité d’acquisition du Musée des Arts décoratifs.

Il a été membre du Conseil d’orientation du Centre africain pour la formation à l’édition et à la diffusion (CAFED, Tunis), il effectue aussi de fréquentes missions d’expertise et de formation concernant le droit de la culture dans toute l’Afrique, le Proche et le Moyen-Orient, de même qu’en Inde.

Après des études à l’Université Paris 2 (DEA de droit de la propriété industrielle, littéraire et artistique, licence de communication de l’Institut français de presse) et à Louvain-La-Neuve (Belgique), il a prêté serment auprès du Barreau de Paris en février 1993.

Il est titulaire depuis 1997 du certificat de spécialisation en droit de la propriété intellectuelle et copréside le jury de spécialisation nationale.

En même temps, il accompagne ses clients artistes et auteurs dans le cadre de la négociation de leurs contrats et de la promotion de leur carrière. Il exerce ainsi la fonction d’agent d’artistes littéraires et artistiques (inscrit sous le numéro 2012-00667 auprès du registre du Ministère de la Culture).

Pendant de nombreuses années, il a enseigné à l’Université Paris 13 (1998-2008), au Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (CFP) (1998-2010), au Centre de conseil et de formation professionnelle (CECOFOP) (1997-2004), à l’École nationale des arts décoratifs (1998-2010), à l’École nationale des Gobelins (2004-2013), à l’Institut national de la formation de la librairie (INFL) (2005-2012).

Emmanuel Pierrat a été fait Chevalier de l’Ordre des Arts et Lettres, a reçu la grande médaille d’argent de la Jurisprudence de l’Académie d’Architecture, ainsi que le Prix Simone Goldschmidt/Fondation de France.

Il a été coopérant culturel à Calcutta (Inde), assistant parlementaire, et a siégé comme conseiller municipal du sixième arrondissement de Paris de 2008 à 2014.

Depuis 1997, il rédige chaque semaine une chronique juridique pour le magazine professionnel Livres Hebdo, qui a pris la forme d’un blog judiciaro-littéraire. Il est également chroniqueur dans Ecran total (la revue des professionnels de l’audiovisuel) et dans La Lettre de l’entreprise culturelle (qui s’adresse au secteur du spectacle vivant).

En 2016 et 2017, il est intervenu chaque mercredi soir dans “Le Duel des avocats”, sur CNews, pour commenter l’actualité. Depuis le début de l’année 2018, il intervient régulièrement sur BFM.

Emmanuel Pierrat a publié un grand nombre d’ouvrages juridiques de référence sur le droit de l’édition, la liberté d’expression, le droit du commerce du livre, le droit à l’image. Il a également signé plusieurs essais sur la culture, la justice ou encore la censure, et en particulier La Guerre des copyrights (Fayard, 2006), Antimanuel de droit (Bréal, 2007), La Justice pour les nuls (First, 2007, rééd. 2013 et 2020), La Liberté sans expression ? Jusqu’où peut-on dire, écrire, dessiner (Flammarion, 2015), Nouvelles morales, nouvelles censures (Gallimard, 2018), L’Auteur, ses droits et ses devoirs (Gallimard, 2020).

En parallèle, il a publié plus d’une quinzaine de romans et récits, dont Troublé de l’éveil (Fayard, 2008) ou encore Maître de soi (Fayard, 2010). Plusieurs de ses ouvrages et/ou contributions ont été traduits en anglais, allemand, espagnol, galicien, russe, vietnamien, roumain, grec, japonais, mandarin, coréen, bengali, marathi, etc.

Spécialiste et collectionneur d’art africain, Emmanuel Pierrat a publié Comprendre l’art africain (Éditions du Chêne, 2008), ainsi que Les Arts premiers pour les nuls (First, 2014) et Faut-il rendre des œuvres d’art à l’Afrique ? (Gallimard, 2019). Il a également publié Collections, Collectionneurs (La Martinière, 2019).

Il a, par ailleurs, traduit, de l’anglais, Jerome K. Jerome et John Cleland, ainsi que, du bengali, Rabindranath Tagore.

Emmanuel Pierrat collectionne les livres anciens, notamment censurés, à propos desquels il a signé Le Bonheur de vivre en Enfer (Maren Sell, 2004), Le Livre des livres érotiques (Chêne, 2007) ou encore Le Livre noir de la censure (Le Seuil, 2008). Il en a réédité et en a préfacé chez divers éditeurs (Flammarion, Arléa, La Musardine, Blanche, etc.) ainsi que l’art tribal.

Emmanuel Pierrat est président du Prix Sade, membre du Prix d’histoire du livre et de bibliographie française, du Prix Bernheim, des Prix Du Guesclin, des Empires et de la Biographie-Gonzague Saint-Bris.

Visits: 176

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *