ArticlesLes francs-maçons célèbres

De Casanova à Garibaldi : les célèbres Francs-Maçons Italiens

Si la Franc-Maçonnerie fut implantée en Italie en 1732 par des marchands étrangers allemands et anglais, il n’en demeure pas moins qu’elle connut une expansion territoriale considérable exclusivement grâce à l’action de certains frères italiens et tout particulièrement des trois plus célèbres que nous allons découvrir aujourd’hui.

Giacomo Casanova,

S’il est un nom qui a traversé les âges donnant son patronyme à un mode de vie, c’est bien celui de Casanova. Né en 1725 à Venise, Giacomo est un aventurier au sens romantique du terme. Violoniste, écrivain, magicien, espion, diplomate ou bibliothécaire, Casanova aura tout fait et ne peut être rangé dans aucune catégorie. Écrivain il laisse une œuvre littéraire abondante derrière lui et notamment “Histoire de ma vie” qui en plus de 4000 pages dresse de manière romanesque et parfois fantasmée le récit d’une vie extraordinaire au sens sémantique du mot.

Mais Casanova, dans l’imaginaire collectif est avant tout le pendant cette fois bien réel du personnage fictif du XVIIème siècle Don Juan. Casanova est le visage et le reflet d’une époque ou le libertinage et les excès des passions trouvaient toute leur place au sein de la société. Personnage historique et non de légende, jouisseur et exubérant, il vécut en homme libre, tant de pensées que de comportements. Si cette face du personnage est de notoriété publique, cela est moins le cas de son appartenance à l’Ordre de la Franc-Maçonnerie. Homme du siècle des lumières, écrivain francophone et francophile, il est finalement peu surprenant de découvrir que Giacomo puisse avoir reçu la lumière. Et cet événement, l’aventurier et voyageur le fera à 25 ans, en 1750, dans la capitale des Gaules, à Lyon au sein de la RL Amitié et amis choisis. Il sera par la suite élevé à la Maîtrise en 1751 et nous savons que grand voyageur, Casanova n’oubliait jamais de profiter de ses séjours pour visiter les loges locales. Paris, Amsterdam, Vienne etc… sont autant d’Orients qui peuvent se vanter d’avoir accueilli sur leurs colonnes le célèbre frère.

Initié jeune, le F. Giacomo vivra comme le reste de ses passions intensément l’Art Royal. L’Ordre aura toute sa place dans la vie de ce dernier, s’entremêllant jusque dans ses affaires puisqu’à partir des années 80 la quasi exclusive partie de ses mécènes seront franc-maçons et c’est le F. et Comte de Walstein qu’il sera hébergé et finira les treize dernières années de sa vie avant de rejoindre le quatrième jour du quatrième mois de l’année de la vraie lumière 5798 l’Orient éternel.

Joseph Balsamo Cagliostro

Né à Palerme en 1743, Joseph Balsamo dit comte de Cagliostro est un homme entouré de mystère. Durant toute sa vie il utilisera pseudonymes et titres de noblesses fictifs afin de donner un récit et des origines obscures à l’aventurier voir au malfrat qu’il deviendra. Tout jeune déjà, alors qu’il avait été confié à des religieux il perpétuera ses premiers méfaits ce qui lui vaudra d’être expulsé de la communauté. Si nous ne connaissons que peu de choses de son enfance, il est attesté qu’il sera sur l’Île de Malte à partir de 1756 soit à 13 ans et qu’il y sera initié à l’occultisme et à la Kabbale par le chevalier d’aquino. Par la suite Balsamo réalisera plusieurs voyages entre Malte et la Sicile et c’est en 1766 agé de 23 ans qu’il y sera initié au sein de la RL Secret et harmonie. Il vivra ensuite des voyages au cours desquels il visitera Europe et Afrique. De Rome à Malte en passant par l’Égypte, Cagliostro revenant ponctuellement à Naples introduira dans la société maçonnique locale des rituels qu’il prétendait avoir découvert lors de séjours auprès de Coptes du Caire et qu’il nommait Rituels Arcana Arcanorum, toujours utilisés de nos jours, et plus connus désormais sous le nom de Rite de Naples.

Mais en 1777, du fait des arrestations faisant suite à la bulle papale interdisant la franc-maçonnerie en Italie, le comte de Cagliostro informé que la police viendrait prochainement l’arrêter décida de prendre à nouveau la route. D’Europe en Asie, il fera localement connaissance avec les petits escrocs et magiciens de rue et sera entouré d’une véritable légende faisant de lui un initié aux questions de l’alchimie et ayant découvert le secret de la pierre philosophale, c’est à dire de la transformation du plomb en or. De toutes ces rencontres il en concevra un spectacle qu’il produira et dans lequel il assurera être détenteur de la recette de la fabrication d’eau philosophale bien entendu à même de garantir l’immortalité ! Et c’est ainsi que de voyages en voyages il revient en Europe affublé du titre de comte de Cagliostro et tout particulièrement à Paris. Il y développera à partir de 1781 ce qu’il appelle alors les Rites Égyptiens pour lesquels il dit “Toute lumière vient de l’Orient, toute initiation de l’Égypte” ayant pour philosophie la régénération corporelle et mentale et dont il désignera à partir de 1784 et 1785 Lyon pour capitale . Cette création d’une nouvelle forme de franc-maçonnerie aura beaucoup de succès et lui assurera fortune c’est ainsi que comte de Cagliostro peut logiquement être considéré comme le père fondateur de ce que nous désignons aujourd’hui comme “la Maçonnerie Égyptienne”.

Il reprendra les spectacles à partir de 1785, ces derniers auront un grand succès et très vite, Joseph de Balsamo s’entoure de populaires, riches et puissants amis qui lui permettront d’ailleurs de retrouver la liberté alors qu’il est enfermé à la Bastille suite à l’affaire du vol du collier de la reine. Libéré en 1786 sous condition de quitter le pays, il est trois ans plus tard arrêté par l’inquisition. Condamné à perpétuité du fait des accusations d’appartenance à la Franc-Maçonnerie et plus encore aux Illuminati. 

Le 26 jour du sixième jour de la vraie lumière 5195, il quitte son cachot pour rejoindre l’Orient Éternel.

Guiseppe Garibaldi,

Troisième et dernier portrait de cet article, Giuseppe Garibaldi est né le 4 juillet 1807 à Nice. Particularité pour un texte présentant les grandes figures de la franc-maçonnerie Italienne il est né Français et sa langue maternelle est le niçois ! Mais à la suite de la défaite de Napoléon Bonaparte, en 1814 le comté de Nice devient sous régence de la Maison de Savoie. Garibaldi devient alors sujet de Victor Emmanuel 1er. À l’âge de 15 ans, le jeune Giuseppe s’engage comme marin sur le Costanza et réalise son premier voyage dans la mer d’Azov et en Mer Noire pour le commerce de blé. Alors que l’Italie voit monter un sentiment national et républicain au sein de ses jeunesses, Garibaldi rencontre en 1833 à Marseille Giuseppe Mazzini et adhère à Giovine Italia (Jeune Italie), une association politique secrète souhaitant l’unification du pays. C’est ainsi que de retour de son service militaire dans la marine, il participe en 1834 à l’insurrection de l’arsenal de Gênes. Reconnu pour chef de la conspiration et condamné à mort. Il se réfugie à Nice puis part en Amérique du sud en exil.

C’est durant ces quatorze années que Garibaldi découvre la Franc-Maçonnerie. Précisément en 1844 alors qu’il est initié au sein de la RL Asilo de la Virtud à l’Orient de Montevideo en Uruguay. Le 15 juillet 1844, il est affilié à la RL Les amis de la patrie du GOdF. En 1861, le Grand Orient d’Italie lui décernera le titre honorifique de “premier franc-maçon d’Italie” même si le titre est inexacte et à comprendre comme “le franc-maçon Italien (vivant) le plus célèbre”, puisque d’Italie comme Italien, les premiers frères à avoir reçus ces honneurs furent le F. Cocchi en 1732 à Florence ou précédemment le F. Germiniani en 1725 à Londres.

Garibaldi revient en Italie en 1948 alors que la première Guerre d’Indépendance est déjà commencée. Il rejoint par la suite l’univers politique en 1849 et sera élu Député puis membre à l’Assemblée constituante de la future République. Malheureusement le cours de l’histoire ne sera pas favorable à son mouvement et Giuseppe à partir de 1850 sera contraint à nouveau à l’exil jusqu’à ce que le F. Camillo Cavour vienne en 1859 lui demander de prendre la tête d’un bataillon de volontaires lors de la seconde guerre d’indépendance. Par ses actions héroïques et ses victoires il recevra la médaille d’or de la valeur militaire puis à l’issue de l’armistice sera nommé Député de Nice jusqu’à ce que la ville ainsi que le comté de Savoie soient cédés à la France en 1860.

Concernant la Franc-Maçonnerie, il sera constitué Grand Maître du Suprême Conseil Écossais de Palerme en 1862 après avoir été élevé en une journée du 4ème au 33ème degré ! En 1864, changeant d’Obédience, il est élu Grand Maître du Grand Orient d’Italie. Enfin, en 1872, il est nommé bien que venant d’une obédience considérée par la GLUA comme irrégulière, membre honoraire du “Souverain sanctuaire du rite ancien et primitif”.

De 1860 à 1875 son activité profane ne sera pas en reste puisqu’il participera à une troisième guerre d’indépendance, une nouvelle tentative de conquête de Rome, la guerre de 1870 et son action au sein de l’armée des Vosges et enfin connaître un nouveau mandat de Député, cette fois de Rome! 

Au terme d’une vie haletante, le second jour du quatrième mois de l’année de la vraie lumière 5882, le F. Giuseppe Garibaldi rejoindra l’Orient éternel. 

vous aimez LLM.fr , nos articles et nos podcasts ?! Soutenez nous ! 
Offrez-nous un café ou soutenez le développement de notre site et de nos besoins en stockage de contenu en ligne (serveurs etc…) en faisant un don sur https://fr.tipeee.com/lalogemaconnique et recevez 10% de réduction pour vos achats maçonniques sur le site de notre partenaire Nos-colonnes.com !

Views: 306

Alexis AT

Français expatrié à Moscou *** Grand Inspecteur National en charge du développement Europe de l'Est @ GLTF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *