ArticlesHistoire & franc-maçonnerie

Florence, berceau de la franc-maçonnerie Italienne

Florence est réputée pour être une ville dédiée à l’art et à la beauté, mais peu savent qu’elle est aussi le plus ancien Orient d’Italie. Si la Franc-maçonnerie moderne est apparue le 24 juin 1717 à Londres avec la création de la Grande Loge de Londres et Westminster, c’est en 1731 qu’à Florence s’ouvre la première loge maçonnique (dont nous détenons les archives) par Charles Sackville, un homme politique anglais qui, de 1731 à 1733 ; visita l’Italie. Ainsi nouvellement créée, la Loggia degli Inglesi (traduction : loge des Anglais) est, comme son nom l’indique, administrée par Henry Fox, Vénérable Maître, puis par Sewallis Shirley à partir de 1732. Les Frères se rencontraient dans la célèbre Via Maggio dans un hôtel ou appartement , les archives ne sont pas précises sur ce point, puis la loge grandissant, dans les salles d’un hôtel qui appartenait au Frère Collins.


Finalement comme décrite ci-dessus, cette première loge italienne n’avait rien d’Italien ! Et c’est le 4 août 1732 que le physicien Antonio Cocchi est le premier italien initié au sein de l’atelier. Il n’est cependant pas le premier Italien initié puisque cet honneur revient au F. Francesco Xaverio Geminiani qui est initié le premier février 1725 au sein de la RL Queen’s Head à Londres. Quoiqu’il en soit, la copie archivée de la cérémonie d’initiation du Frère Cocchi est conservée au sein des archives de l’Université de Florence. Dans une mention manuscrite du néophyte, nous apprenons les noms de tous les participants, des deux profanes anglo-saxons également initiés en même temps que lui et enfin, de l’effectif global de la loge : 9 frères (12 après
initiations).


La création de loges maçonniques à Florence et plus globalement en Italie ont naturellement attirées l’attention du Pape Clément XII qui dès la publication de la bulle papale du 28 avril 1738 interdisait aux Catholiques de pratiquer la franc-maçonnerie, ce qui inéluctablement rendit le développement de l’Ordre plus compliqué sur ce territoire, notamment avec les funestes exemples des Frères Crudeli, Casanova ou Cagliostro qui sont emprisonnés lors de l’Inquisition. Florence, peut-être du fait de son activité culturelle et scientifique,  est sans doute la ville au plus gros développement maçonnique avec pas moins de 43 loges uniquement pour ce qui concerne le Grand Orient d’Italie (première obédience nationale) !


Il est à rappeler que le Grand orient d’Italie a été fondé en 1805 par le beau-fils de Napoléon Bonaparte, Eugène de Beauharnais, ancien aide de camp de son beau-père lors de la campagne d’Égypte et alors commandant des armées d’Italie durant les guerres napoléoniennes. Si la date d’initiation de Eugène de Beauharnais n’est pas précisément connue, rien n’empêche de croire qu’il put l’être au sein d’une des nombreuses loges militaires que comptait l’Empire … ou qui sait, lors de la campagne d’Égypte, auprès du Général Jean-Baptiste Kléber, des Frères célèbres Monge, Vivant Denon et Talleyrand au sein de la loge Isis !

Nouveau ! vous aimez LLM.fr , nos articles et nos podcasts ?! Soutenez nous ! 
Offrez-nous un café ou soutenez le développement de notre site et de nos besoins en stockage de contenu en ligne (serveurs etc…) en faisant un don sur https://fr.tipeee.com/lalogema… 

Views: 337

Alexis AT

Français expatrié à Moscou *** Grand Inspecteur National en charge du développement Europe de l'Est @ GLTF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *